Nouvelles avancées pour les tests de langue en français au Canada

Nouvelles avancées pour les tests de langue en français au Canada

Depuis plusieurs mois, nous agissons avec Francine Watkins, conseillère consulaire de l’Ontario et du Manitoba, et la section de Français du Monde Toronto, pour dénoncer et mettre fin au traitement injuste subi par les Français du Canada qui demandent la résidence permanente.

Le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser, vient de transmettre son rapport préliminaire suite à notre plainte déposée contre “Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada” (IRCC). Cette plainte concernait les tests en langue française qui par rapport à ceux en langue anglaise ont un coût plus élevé, une couverture géographique restreinte, un niveau de difficulté plus important. Enfin, le délai d'attente pour passer ces tests et obtenir les résultats est plus long que ceux en anglais.

Le commissaire a jugé que les plaintes s’avèrent fondées et a formulé les recommandations suivantes :

« À la lumière de ce qui précède, afin qu’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada se conforme à ses obligations, le commissaire aux langues officielles recommande :

  • de prendre toutes les mesures nécessaires pour respecter les exigences de la partie IV de la Loi, en ce qui concerne la prestation des services d’évaluation des compétences linguistiques requis pour certaines catégories d’immigration, afin que ces services soient disponibles et offerts de manière égale dans les deux langues officielles;
  • d’établir des mécanismes de suivi et de surveillance formels et permanents des services d’évaluation linguistique fournis par les organisations désignées à cette fin par le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté Canada pour s’assurer qu’ils sont offerts de manière égale dans les deux langues officielles;
  • d’entreprendre immédiatement des démarches en vue d’établir des mesures positives concrètes, en vertu de la partie VII de la Loi, qui permettront d’atténuer l’impact négatif du mode de prestation des services d’évaluation des compétences linguistiques sur la vitalité et sur le développement des communautés francophones en situation minoritaire à l’extérieur du Québec. »

Les plaignants et IRCC ont maintenant 60 jours pour faire valoir leur point de vue auprès du commissaire aux langues officielles du Canada, après quoi celui-ci publiera son rapport final. Il est à noter qu’il s’agit de recommandations qu’IRCC devra prendre en compte mais que ces recommandations ne sont nullement exécutoires. Il faudra donc que les francophones et les institutions francophones qui les représentent, notamment hors Québec, fassent preuve de vigilance et s’assurent que la situation inégalitaire qui a prévalu jusqu’à présent ne perdure pas. Cela constitue une avancée majeure pour nos compatriotes du Canada ! Nous veillerons scrupuleusement à ce que les recommandations du commissaire Fraser soient appliquées.

Retrouvez nos différentes interventions dans les médias au Canada sur ce sujet ici

 

 

 

Related Articles

Close